Préservation de l'Environnement : facette essentielle du développement durable

En ce début de XXIe siècle, l'humanité est confrontée à des défis majeurs, tels que la lutte contre la pauvreté, la lutte contre le réchauffement climatique, la production d'énergie propre et la préservation de la biodiversité.

Les comportements quotidiens de chacun produisent environ la moitié des émissions de gaz à effet de serre, qui conduit à un bouleversement climatique de la planète. Par ailleurs, le poids des déchets des ménages a doublé lors des quarante dernières années, le recyclage peine à s'imposer et les sols sont de plus en plus pollués. Quand à la gestion de l'eau, elle est un des enjeux environnementaux majeurs du XXIe siècle.

Les deux chocs pétroliers de 1973 et du début des années 1980 ont mis en évidence la quantité limitée d’un certain nombre de ressources terrestres : il fallait donc réfléchir à une utilisation plus parcimonieuse de l’énergie. Déjà, dans les années 1970, le Club de Rome avait proposé de limiter le développement des pays riches pour économiser ces ressources. Par la suite, le concept de Développement Durable a été préféré : se développer tout en préservant l’Avenir. Cette idée s’applique aussi bien au site d’un bâtiment à construire, qu’à la planète toute entière. Des réunions internationales ont permis à un grand nombre de pays de définir leur position vis à vis de ces idées. Les deux conférences internationales les plus marquantes se sont déroulées à RIO, puis à KYOTO en 1997. A KYOTO, la France avait pris pour engagement de limiter ses émissions de CO2 en 2010 au niveau de 1990. Cette décision est un des aspects du respect de l’environnement.

Sols pollués

De même que pour les biocarburants de première génération, la question du conflit d’usage pour les terres agricoles se pose pour le développement de centrales photovoltaïques au sol ou de biomasses énergétiques. Même si la mobilisation de terres agricoles dans ce domaine relative (les objectifs de 5 GW de Grenelle représenteraient 15 000 ha maximum), les développeurs doivent rester très attentifs au choix du terrain, soit en optant pour des terrains agricoles moins fertiles, aux terres épuisées ou trop proches de nappes phréatiques sensibles, soit en se tournant vers des terrains sans autre usage possible, parfois dénommés « sites ultimes ».

 

La production d'énergie propre

Les éco-innovations consistent à ajouter la contrainte d'un développement respectueux de l'environnement dans le processus industriel de l'innovation. Cela nécessite l'usage de technologies propres et sobres, souvent appellées éco-technologies et qui sont l’ensemble des savoir-faire et techniques servant à mesurer ou à réduire l’impact sur l’environnement d’une activité ou d’un produit.

Le monde est actuellement a un grand carrefour, celui où il faut prendre la décision de poursuivre ou non avec notre mode de vie qui a des conséquences irréversibles sur l’environnement. De plus en plus de voix s’élèvent pour proposer des solutions alternatives, et les technologies propres font partie de celles-ci.

Les technologies propres sont des technologies dont la mise en place et l’exploitation entrainent le moins possible d’émissions de gaz à effet de serre, qui sont respectueuses de l’environnement, qui sont non polluantes et dans la mesure du possible, ont recours aux énergies renouvelables. Aujourd’hui, la croissance doit être accompagnée d’un regard croisé sur les technologies propres et les autres composantes de l’écologie comme les biocarburants, la biomasse, le traitement des déchets, les énergies renouvelables, le transport vert, etc. En effet, il est désormais possible de développer de nouvelles technologies dans tous les domaines sans qu’elles aient un effet néfaste sur la planète.

L'éco-conception

L'écoconception, ou ecodesign, est une philosophie écologique appliquée à la conception et à la fabrication de produits. Par rapport à un produit conventionnel, l'impact environnemental est considérablement réduit, ce qui contribue à la lutte contre la pollution et le réchauffement climatique

Faire de l'éco-design, c'est tout simplement chercher à diminuer l'impact global d'un produit sur l'environnement, de sa conception à sa création.

A lire : The Eco-Design Handbook, Thames & Hudson Ltd. Des objets éco-formidables !.

 

 

Le bilan carbone en France

Le Bilan Carbone est une méthode de comptabilisation des émissions des gaz à effet de serre qui permet aux organisations privées et publiques d’établir leur empreinte carbone et de disposer d’une vision globale de leurs émissions de gaz à effet de serre. Elle a été mise au point par l’ADEME (Agence De l'Environnement et la Maîtrise de l'Energie) en 2010 et s’applique à toute activité. Le Bilan Carbone passe en revue les flux de l’activité pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre puis les affecter par poste.C’est avant tout:

  • Un moyen pour quantifier le degré d’émissions de gaz à effet de serre
  • Un outil de référence pour toute démarche de réduction des émissions de C02
  • Un outil pour prioriser les actions de réductions les plus efficaces
  • Un référentiel commun aux entreprises et collectivités situées sur le territoire français.

Le bilan carbone

 

Le climat de la planète est en danger

Le monde est confronté à de graves pénuries d'eau potable touchant à court terme les bassins du Tigre et de l'Euphrate, c'est-à-dire la Syrie et l'Irak, aggravant encore les tensions dans cette région du monde. L'Iran est aussi directement menacé de pénurie d'eau.

Dans un avenir proche, de l'ordre de quelques décennies, est envisagé un écroulement des digues aux Pays-Bas, menaçant notamment la ville de La Haye.

Le réchauffement s'accélère

Par ailleurs, la fonte des glaciers inonde des vallées en aval c'est le cas au Bangladesh, où des eaux de l'Himalaya se déversent sur le pays et menacent le bassin du Gange. L'augmentation du niveau des eaux dans le delta submergerait 17 % de la superficie de ce pays. Enfin, les canicules en série devraient favoriser l'installation de germes pathogènes tropicaux,
vecteurs d'épidémies jusqu'en Europe.

Que penser d'un tel scénario d'apocalypse ?. On a longtemps cru que les changements climatiques qui ont marqué l'histoire de la terre s'étaient étalés sur des périodes très longues, de l'ordre du millénaire. Il semble que, cette fois, il n'en soit rien.

Chacun peut constater les changements considérables survenus au cours des vingt dernières années : disparition en Europe des hivers froids, inondations à répétition, sécheresses et canicules, pollution de l'air et de l'eau font désormais partie de notre quotidien.

Les choses se sont nettement aggravées ces dernières années, on vient viennent de battre les records mondiaux de chaleur et, sous les tropiques, les catastrophes climatiques ont augmenté en nombre et en intensité.

Réagir avant qu'il ne soit trop tard

Il convient donc de prendre très au sérieux les avertissements des scientifiques. Gageons qu'il ne soit pas trop tard, car à partir d'un certain niveau de déséquilibre, les situations deviennent irréversibles et l'homme est incapable de rétablir un climat qu'il a gravement détérioré. Il faut donc agir vite.

La France doit se doter d'un plan climat, diminuant en particulier les dégagements de gaz carboniques dus aux transports. Il appartient à notre pays, mais surtout à l'Union Européenne d'être le moteur de ce combat pour la planète.

L'Union européenne a d'ailleurs été en pointe dans la défense du protocole de Kyoto, entraînant dans son sillage bon nombre de pays du Sud.

Cela montre que lorsqu'elle est solidaire sur de grands objectifs, l'Union Européenne peut convaincre les autres…

Concertation et médiation environnementale

La concertation est partie intégrante de toute politique de développement durable. Au delà des procédures réglementaires, entreprises et collectivités sont amenées à mettre en oeuvre des processus de concertation (aménagement urbain ou industriel, agendas 21 locaux, stakeholders sessions...). 

L'Agenda 21 de Rio a introduit la concertation comme un des facteurs indispensables à la légitimité des projets de développement et d'aménagement du territoire, qu'ils soient initiés par des collectivités, des institutions ou des entreprises. 

  • Au niveau international, quelques récents sommets mondiaux ont mis en évidence la capacité de groupes sociaux et des citoyens à se mobiliser pour faire entendre leur voix, voire pour remettre en cause le principe même des processus décisionnels n'ayant pas intégré en amont les conditions nécessaires à une véritable concertation. 
  • Au niveau national, la Commission Nationale du débat public, créée par la loi de février 1995 et mise en œuvre en 1997 au sein du Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement, a ouvert la possibilité d'un débat public sur les grands projets d'aménagement. 
  • Au niveau local, les initiatives de mise en œuvre des politiques de développement durable, type Agenda 21 local, butent trop souvent sur les difficultés d'élaboration de véritables structures de concertation, garantissant la représentativité de l'ensemble des acteurs concernés. Au delà de la prévention du risque, la concertation s'avère alors comme une condition indispensable à la gestion et à la conduite de projets sur le long terme. 


Autres thèmes liés à la protection de l'environnement

Agriculture propre

La couche d'ozone, le réchauffement climatique

La mobilité durable, Le covoiturage